Pabounan 2014

« Dans la vie, il faut toujours se fier aux apparences. Quand un homme a un bec de canard, des ailes de canard et des pattes de canard, c’est un canard. C’est vrai aussi pour les petits merdeux. » (M. Audiard : Les vieux de la vieille, 1960)

Sont francs comme des ânes qui r’culent tous ces gars-là ! [1]

Oh ! P... de toi comme disait Brassens !

Ils nous souhaitent d’la bonne année, et d’la santé qui va avec, pardine ! Tous tant qu’ y sont, et l’ cœur sur la main, l’ œil humide et l’ sourire piteux.

’Tention pas facile comme exercice : faut sourire sans ça t’as l’air sans cœur, mais pas trop, ’trement on pourrait croire qu’tu t’fous d’not’ gueule.

Ouai ben rigolez pas, c’est pas facile comme époque pour les puissants qui veulent le rester, faut pas s’rater, ça pourrait mettre la puce à l’oreille des cons... (c’est comme ça qu’ils nous appellent, fais-toi inviter dans un dîner en ville, tu entendras).

Tiens regarde notre président : dix minutes. C’est Sérillon qui lui a dit. Moins t’aurais l’air méprisant, plus, pourrais révéler des choses. Et puis comme ça l’opposition va avoir du mal à critiquer, pas facile de critiquer du vide sauf à dire que c’est vide m’enfin, ça peut pas faire le buzz bien longtemps comme on dit d’nos jours. Des vœux de combats qu’y disent. Ça c’est un mot malheureux (merde y fout quoi Sérillon ?) parce que comme combat c’est assez semblable au combat de Pétain contre le IIIe Reich, sauf que Hollande lui capitule devant le IVe qui n’est pas d’essence purement Nazi, convenons-en, mais bien plus Orwellienne.

Donc dix minutes j’te dis François et bonne année !

Le chômage augmente : bonne année les chômistes ! Mais on lutte (vœux de combat j’t’e dis) et un jour la courbe va s’inverser, concept qui rassure très certainement les chômeurs : « J’ai pas de boulot mais tout va bien, l’augmentation diminue ! » comme on dit en Espagne.

Les salaires sont bloqués : bonne année les salariés (en attendant d’être chômiste, déjà vous plaignez pas) !

Le gaz, l’électricité, les timbres, le train, les taxes, enfin presque tout augmente : bonne année les cochons de payeurs !

Le pouvoir d’achat continue de se casser la gueule comme avec l’aut’ maniaque : bonne année les couillons ! (à l’armée les ramp’ y disaient : « les baisés comptez-vous. » Allez repos la classe.)

On compte sur nous pour faire des efforts, pour redresser la France (rabaissée par les gloutons amnésiques volontaires) : bonne année ! Au fait combien d’années ? Depuis Giscard on entends ça. Mais bonne année quand même !

Les impôts (normaux) augmentent ! Bonne année !

Tiens pas les impôts des riches ! Désolé juste un petit retard, une petite erreur de forme, une petite concession nécessaire (mais pas suffisante) à la « position de la France dans l’monde ». And my ass is chicken : Happy new year !

Les remboursements de sécu baissent, et encore z’ avez du pot, les Espingouins et les Portos on les leur vend leurs hôpitaux : feliz ano nuevo !

Nodre jev a douz, Angela, nous brévient gué l’année 2014 zéra drès ture ! Frohes neues Jahr !

J’arrête là ça m’ fout le bourdon.

Et nous on se congratule, on se félicite, même on s’embrasse sous le gui, sous le houx. Bonne santé hein ! Et des sous ouaip ! Allez on y croit ! Putain ouai ! La méthode Coué à l’échelle occidentale ! Bonne année ! On va pas s’laisser abattre merde ! On n’ est pas des pédés !

Quoique ... Quoique... [2]

Bon tant pis de toute façon j’étais déjà pour le « mariage pour tous » (comme ils disent) et même l’adoption et même la procréation, la parthénogenèse, l’hermaphrodisme et toussa... vu les cons qu’on a produit et mis au pouvoir il est plus que temps d’essayer du nouveau y’ a pas à tortiller.

La NSA est prise la main dans le sac de l’espionite généralisée et industrialisée. Elle s’en fout, d’ailleurs tout le monde le fait, qu’elle dit ! Ah ! Bon ! Ben alors...si tout l’monde le fait...

Nos chers élus votent des lois liberticides de contrôle et d’espionnage général légalisé au nom de la sécurité nationale ou du commerce, ça ne vous rappelle rien ? Pas grave j’ai le nouvel I-truc ... Pis de toute façon moi j’ai rien à cacher. Peut-être ta connerie quand même ça fait tâche sur ton CV non ? Même pas, c’est un atout. « Moi, je ne fais pas de politique » comme on disait dans les années trente.

Alors décidément non ! Pas bonne année ! Vos vœux je les refuse, « messieurs qu’on nomme grands [3] ». Vous vous les gardez, les remettez dans votre poche avec votre mouchoir par dessus, ou même dans votre c... comme disent les jeunes. Z’ont raison les jeunes : « quand ça change, ça change, faut jamais s’ laisser démonter [4] ».

Vous nous les ressortirez quand vous aurez quelque chose à nous souhaiter, quelque chose de bon j’entends, de bon pour nous veux-je dire. Soyons précis, pas pour vous ! Parce que question retourner les situations, manier la rhétorique et le sophisme, imposer des éléments de langage et torturer la dialectique, pas besoin de vous en souhaiter, savez déjà faire !

J’attends avec impatience le prochain lot de Légions d’Honneur, dont Georges Plassat, le pdg de Carrefour et Jean Lemierre de BNP-Paribas, vous savez cette banque qui a si bien servi et continue de si bien servir nos intérêts nationaux, enfin, encore un bon quart d’heure de rigolade à passer, c’est pas si souvent.

Oui encore plus loin ! c’est ça ! pas trop non ! N’oubliez pas : la terre est ronde et comme disait mon grand-père (un philosophe mon grand-père, comme le père de Coluche) on ne peut donc pas chier dans les coins.

Gaffe quand même. la merde ça pue et c’est tenace comme odeur : « la caque sent toujours le hareng. »

Alors vraiment pas de bounan normand, ni breton, ni tout ce que tu veux, rien, que dalle, nada, nothing, nichts.

PABOUNANDUTOU !

[1Expression normande

[2Raymond Devos

[3Boris Vian

[4Encore Audiard

Navigation